Le hall d’entrée du Ciné Duchère est aménagé ce mercredi 13 mars en salle de spectacle à l’occasion du 15ème Printemps des Poètes. L’exposition de calligraphies arabes contemporaines, aux figures arabesques et orientales de Salima Lekoura encadre ce spectacle et nous fait voyager en dehors de cet espace-temps.

Organisée par l’association Les ArTpenteurs, c’est une soirée qui célèbre autant les mots et les images que les résonances entre les langues. A la suite de l’écoute de poèmes « Du Chili au monde arabe », se déroule une scène ouverte en différentes langues avec les habitants de la Duchère. Marguerite Degbevi, rencontrée dans le cadre du collectage la.BA.la.Bel, monte alors sur scène avec sa berceuse « Djé djé Vinié », « Mon enfant » en langue mina, et une chanson religieuse en langue fond. Dernière participante de la scène ouverte, elle la conclut ainsi avec sa jeune et joyeuse voix, avant de passer au dernier volet de la nuit autour de grands auteurs arabes classiques et contemporains.

Cette soirée de voyage dans les langues et les mots sera suivie par d’autres… prochain rendez-vous le 4 avril !DSC01952

marguerite 1

Commandée par le GPV pour l’inauguration de la Place Abbé Pierre le 30 juin 2012, cette création audiovisuelle évoque la transformation du quartier de La Duchère et la création de cette nouvelle place publique. Elle mêle témoignages et chants d’habitants, images d’archives du quartier et écriture musicale. Les artistes ont souhaité mettre en lumière le décalage entre le public et le privé, un espace public encore à investir par les habitants, et de l’autre la convivialité, la chaleur humaine au sein du quartier, dans les foyers, la multiculturalité qui constitue une richesse de La Duchère. Mais c’est aussi l’histoire d’une rencontre, d’une rencontre naissance entre des habitants de la Duchère collectés par le CMTRA et les musiciens de l’ARFI.

Evènement organisé par la résidence la.BA.la.BEL avec la complicité du Fanal, le pari n’était pas facile pour une soirée en plein air, sous un soleil caniculaire en plein mois de Ramadan…

La soirée a débuté Place Abbé Pierre par un jeu de questions-réponses musicales des musiciens de l’ARFI postés aux 4 coins de la place. Invité à les rejoindre pour une balade musicale dans le quartier, le public a suivi les musiciens: écoutes sonores collectives au square Averroès, concerts improvisés au square des Marronniers, rencontre de musiciens du quartier à la barre 230. Ainsi Sokkhy, habitante du quartier, a réalisé son premier concert de chants cambodgiens dans le petit théâtre du Fanal de la barre 230, concert suivi par la projection de la création sonore et visuelle réalisée à l’occasion de l’inauguration de la place Abbé Pierre.
De retour sur la place, le public de plus en plus nombreux a été porté par la voix de Carine, soliste de la chorale des Samaritains, puis du Babel Orchestra formé par les musiciens de l’ARFI et de l’Association Culturelle des Comores.
Après une pause repas proposée par Les Délices de Nocibé, la soirée s’est achevée par le dernier ciné-concert de l’année présenté par les musiciens de l’ARFI…

Sokkhy a quitté Phnom Pen par amour, pour rejoindre son mari, cambodgien de nationalité française, à Lyon. Elle est en France depuis 7 ans. Voilà 3 ans qu’elle habite au vingtième étage de la tour panoramique. Elle chante toute la journée des chansons sentimentales « pour les grands », des berceuses et quantité de chansonnettes destinées à faire grandir ses enfants. C’est à l’école qu’elle a appris une chanson sur l’importance de se laver les mains, ainsi qu’une autre pour ne pas oublier de frotter sous les ongles… Mais c’est sa mère qui chantait à sa petite sœur un chant magnifique destiné à responsabiliser un enfant grâce à l’histoire de la petite fille chargée de protéger la rizière des attaques du canard gourmand. C’est de son père qu’elle tient quelques chants chantés par  le roi Sianoukh ou mettant en scène ce personnage historique.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 

En octobre, une soixantaine d’enfants invités au Ciné Duchère ont pu découvrir Koko le Clown, un ciné-concert de l’ARFI :
Jean Bolcato et Guy Villerd, musiciens de l’Arfi, ont mêlé musique acoustique et électronique pour revisiter une heure durant, en petites histoires musicalisées, ces films burlesques, magiques, absurdes des années 20!