Archive for the ‘Images et sons’ Category

Le CINE MUSIQUE de ce dimanche 7 avril nous a emmène en Turquie avec le film Crossing the Bridge et des membres de la communauté turque de la Duchère, à Ciné Duchère.

Les participants s’installent pour regarder le documentaire de Fatih Akin, Crossing the Bridge : The Sound of Istanbul (2005).  Le film suit Alexander Hacke, musicien allemand avant-gardiste, à qui on propose de se joindre au groupe néo-psychédélique istanbuliote Baba Zula. C’est alors le début d’une découverte des différentes musiques à Istanbul, mais aussi à travers le sud-ouest de la Turquie…

DSC01996

Suite au documentaire, les participants sont invités à un buffet de plats turcs préparés par des habitantes du quartier. Nous dégustons ainsi des pastels salés comme le poğaça et le su böreği, des feuilles de vignes, yaprak sarması, des boulettes de viandes épicées au nom de çiğ köfte, et des sucreries délicieuses, sekerpare… Elles qui s’inquiétaient de ne pas avoir amené assez de plats variés, sont ravies de voir que le buffet est un succès et qu’il ne reste presque plus une miette à la fin !

DSC02000

 

Il est alors temps d’un concert de musique traditionnelle turque. Semih au vocal, accompagné de Murat à l’orgue et de Mehmet au saz, un instrument à corde, invite les convives à s’installer pour l’écoute de quelques türkü (chansons populaires turques).

DSC02001

DSC02008

Semih et ses deux amis chantent quelques uns des türkü les plus connus. Etant habitués à animer les mariages et les fêtes turcs, ils n’hésitent pas à pousser le volume… La soirée se termine sur des morceaux dansant et les participants se mettent debout pour danser ! Nous sentons bien que les musiciens auraient pu jouer pendant toute la nuit. Le concert se terminant laisse les participants avides de prochaines rencontres…

DSC02013

Carte50 ans ce n’est pas rien ! Et oui ce samedi c’était la fête des 50 ans du foyer protestant et à cette occasion les Rondines interprétait quelques morceaux de leur répertoire.

La journée commençait à 10h, ayant prévu de rester la matinée je suis arrivée assez tôt… et déjà le foyer fourmillait en tout sens, la petite maison blanche était en ébullition. Au rez de chaussée, des tables et chaises étaient installées pour le repas, à l’étage une exposition sur l’histoire du foyer et de ses engagements : solidarité avec les immigrés, les relations inter religieuses avec le groupe Abraham, la lutte contre le chômage, l’hospitalité… Chaque pièce nous immerge dans un nouvel univers, une nouvelle page de l’histoire du foyer à travers textes, photos, panneaux et objets!

Vers 10h45, c’est au tour de la chorale Les Rondines. Nous nous installons dans la salle du bas devant les tables… Elles interprètent 4 chansons de leur répertoire : Douce si douce, Se esta rua, signor Abbate et Ajde Jano.

Et la fête continue…

Et pour finir quelques mots sur le foyer (extraits du livre 50 ans de fraternité, Foyer protestant de la Duchère) :

« En 1958, je suis racheté par la ville de Lyon. Après un dernier usage comme « baraque à chantier », je devais être détruit. Sauvé par les protestants lyonnais, j’appartiens depuis 1963 à la Mission populaire évangélique de France…Après un an de gros travaux, je deviens habitable et utilisable. Jacques Walter, avec sa femme Dany, devient le premier pasteur du foyer. Dès lors repas, fêtes veillées, cultes, activités de loisirs et mobilisations collectives résonnent dans mes murs. »

DSC01981DSC01985

Ce soir, au Ciné Duchère a lieu la 2e séance du cycle CINE MUSIQUE autour du Sénégal. Organisée en partenariat avec l’association Teranga, cette séance commence par la projection du film « Retour à Gorée », réalisé par Pierre-Yves Borgeaud (2008). Ce documentaire relate le périple du chanteur sénégalais Youssou N’Dour, sur les traces de la traite négrière et de la musique qui en est née aux Etats-Unis.

Les spectateurs sont ensuite conviés à un petit buffet à prix libre préparé par Odette et Corinne de l’association Teranga, qui veut dire « hospitalité » en langue wolof : nous avons droits à des pastels au thon, des beignets sucrés, des boissons délicieuses à base de fleurs d’hibiscus et de gingembre…  Les participants mangent, boivent et papotent dans le hall du cinéma lorsque soudain, nous entendons des sons de percussions. C’est le musicien sénégalais Moussa Faye qui nous invite à l’écoute de quelques morceaux et histoires… Les gens s’installent et commencent à se laisser aller à ces rythmes qui réveillent et qui font rêver de soleil et de chaleur dans cet hiver lyonnais. Après le premier morceau, Moussa nous explique qu’il est un griot, ainsi que son cousin qui l’accompagne ce soir, c’est-à-dire un gardien de la tradition – soit un musicien, un chanteur, un conteur, un danseur…, qui,  dans la culture sénégalaise, se charge de la transmission de connaissances. « Shim ! » nous dit-il en rigolant, onomatopée qui montre l’acquiescement dans la joie.

Les spectateurs suivent le rythme des différents instruments de percussions de Moussa en tapant des mains ou en chantant les mots qu’il leur demande de répéter.

Nous nous quittons avec bonne humeur, après ce voyage beaucoup trop rapide au Sénégal.

 

InvitationDans le cadre du Printemps des poètes, l’association les ArTpenteurs organise une lecture de poésie en arabe, espagnol et français des grands auteurs arabes classiques et contemporains et de Pablo Neruda.

Cette lecture sera suivie d’une scène ouverte poétique en toutes langues avec les habitants de la Duchère. La résidence laBAlaBEL, embarquement musical se joint à ce projet avec des habitants rencontrés dans le cadre du collectage.

 

La participation est ouverte à tous, n’hésitez pas à venir partager un poème dans la langue de votre choix. Et ce sera :

Mercredi 13 mars à 17h

A Ciné Duchère

308 avenue AndreÎ Sakharov – Lyon 9e

 

Résas et infos : 04 78 35 33 86 – contact@les-artpenteurs.com

http://lesartpenteurs.files.wordpress.com

 

Dans le cadre du festival Histoire vraies du Ciné Duchère, a eu lieu dimanche 18 novembre la première séance du cycle CINE MUSIQUE. Ce soir, le film est El Gusto, un film documentaire autour du chaabi algérois.

La projection a eu lieu en dernière partie de journée, après une journée bien dense en projections et débats autour du 50e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie. Mais de nombreuses personnes restent, de nombreuses autres arrivent. La salle est pleine. La projection est suivie d’une « petite collation » préparée par l’équipe du cinéma : une immense tablée offrait de petites merveilles à déguster.

Puis le groupe Nouiba a joué de la musique chaabi d’Algérie et du Maroc. Ce concert nous a rappelé que la musique a quelque chose d’universel, ce petit quelque chose qui fait que quelque soit l’endroit d’où l’on vienne, nous sommes touchés. Malgré le côté très studieux de l’écoute (assis sur des chaises face aux musiciens), des personnes du public se sont levées et ont dansé, des femmes ont youyouté…. Un joli moment sous cette voute du cinéma.

Le 27 octobre, à l’occasion des Eclats d’Arfi, les musiciens de l’ARFI ont investi le temps d’une soirée le Ciné Duchère pour une histoire musicale itinérante.

La soirée a débuté avec le Trio Apollo dans le hall du Ciné Duchère. Puis au fil des notes, des mélodies, des sons, le public s’est baladé dans les méandres du Ciné Duchère allant à la rencontre du Duo de percussions Rollet Boiton.

En écho à la résidence artistique la.BA.la.BEL, le public a pu découvrir la rencontre musicale de chants et de contes khmers contés par Sokkhy Long avec les machines électroniques de Guy Villerd.

Après une pause repas proposée par l’association Teranga, la soirée a repris avec le Quartet à l’Ouest et le Ciné-concert Fatty Cook.

Puis elle s’est terminée avec le Babel Orkestra, qui a mêlé aux musiques des Comores, du Kosovo et du Cambodge le Folklore Imaginaire de l’ARFI.

 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

30 juin : Inauguration de la place Abbé Pierre
5, 6 et 7 juillet : Festival d’Art et d’Air
25 juillet : évènement la.BA.la.BEL
26 juillet : le Babel Orchestra aux Jeudis des Musiques du Monde

Crédits Photos : F. Fayolle et E. Miller / MJC Duchère;  la.BA.la.BEL

Commandée par le GPV pour l’inauguration de la Place Abbé Pierre le 30 juin 2012, cette création audiovisuelle évoque la transformation du quartier de La Duchère et la création de cette nouvelle place publique. Elle mêle témoignages et chants d’habitants, images d’archives du quartier et écriture musicale. Les artistes ont souhaité mettre en lumière le décalage entre le public et le privé, un espace public encore à investir par les habitants, et de l’autre la convivialité, la chaleur humaine au sein du quartier, dans les foyers, la multiculturalité qui constitue une richesse de La Duchère. Mais c’est aussi l’histoire d’une rencontre, d’une rencontre naissance entre des habitants de la Duchère collectés par le CMTRA et les musiciens de l’ARFI.

Après Xavier Garcia, Guy Villerd nous propose un nouveau montage à partir de matériaux sonores enregistrés à La Duchère : rencontre, interview, environnement sonore… bonne écoute

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Evènement organisé par la résidence la.BA.la.BEL avec la complicité du Fanal, le pari n’était pas facile pour une soirée en plein air, sous un soleil caniculaire en plein mois de Ramadan…

La soirée a débuté Place Abbé Pierre par un jeu de questions-réponses musicales des musiciens de l’ARFI postés aux 4 coins de la place. Invité à les rejoindre pour une balade musicale dans le quartier, le public a suivi les musiciens: écoutes sonores collectives au square Averroès, concerts improvisés au square des Marronniers, rencontre de musiciens du quartier à la barre 230. Ainsi Sokkhy, habitante du quartier, a réalisé son premier concert de chants cambodgiens dans le petit théâtre du Fanal de la barre 230, concert suivi par la projection de la création sonore et visuelle réalisée à l’occasion de l’inauguration de la place Abbé Pierre.
De retour sur la place, le public de plus en plus nombreux a été porté par la voix de Carine, soliste de la chorale des Samaritains, puis du Babel Orchestra formé par les musiciens de l’ARFI et de l’Association Culturelle des Comores.
Après une pause repas proposée par Les Délices de Nocibé, la soirée s’est achevée par le dernier ciné-concert de l’année présenté par les musiciens de l’ARFI…