Nous sommes accueillies chaleureusement, avec jus d’orange et café, par Jean, rencontré lors de la fête de Hanoukka le 9 décembre. Sa tête effleurant presque le plafond bas de son bureau à Jean Macé, Jean nous avoue avoir brûlé le câble d’alimentation du chauffage le matin même. Nous commençons alors à parler de culture et d’histoire au milieu de cette petite boîte froide.

Jean est un ancien Duchérois, de confession juive, un homme cultivé et conscient de l’importance de la culture, un grand voyageur, qui s’intéresse énormément à l’histoire, et en particulier à l’histoire lyonnaise et à celle des juifs… Un vrai méditerranéen qui parle d’une voix assurée… Jean nous raconte alors qu’il est en train d’écrire un livre sur l’arrivée des juifs d’Algérie à la Duchère en 1962, transformant le quartier en l’un des lieux d’accueil des Séfarades (juifs originaires du pourtour du bassin méditerranéen) les plus importants en France durant ces premières vagues d’immigration.

Son attachement à la tradition juive et à sa transmission est touchant et inscrit l’entretien dans une certaine intimité. En effet, en deuil jusqu’au mois prochain, Jean nous apprend que selon la liturgie juive, celui qui est en deuil doit s’abstenir de grandes manifestations de joie, d’écouter de la musique, de chanter… Mais nous terminons sur une note plus joyeuse : il nous promet de nous chanter des chants juifs une prochaine fois. Nous resterons ainsi en contact car nous avons bien senti que Jean a sûrement beaucoup plus à partager…

Comments are closed.